"Suhour" au féminin à la Résidence de France

Un "souhour" s’est tenu à la Résidence de France en présence d’un panel de femmes actives et créatrices émiriennes, françaises ou résidant aux Émirats arabes unis

Un « souhour » s’est tenu à la Résidence de France à Abou Dabi, mardi 29 mai 2018, en présence de Mme Estelle Pagnon-Pouille, épouse de l’Ambassadeur de France auprès des Émirats arabes unis et Présidente d’honneur française du Comité du Women Empowerment de la Chambre de commerce française à Abou Dabi, Mme Mireille Nader, Directrice des affaires navales à Thalès et coordinatrice du Comité du Women Empowerment et d’un panel de femmes actives et créatives émiriennes, françaises et résidant aux Émirats Arabes Unis.

La rencontre a été organisée par le Women Empowerment Committee du French Business Group Abu Dhabi en partenariat avec l’Ambassade de France autour de trois initiatives inspirantes de femmes entrepreneures des Émirats arabes unis en vue d’assister les personnes dans le besoin et/ou d’accompagner les personnes en situation de handicap, notamment en matière d’éducation et de réinsertion sociale :

-  "Lahum", boutique solidaire fondée par Ameera Amir au cœur de Masdar, ville verte de l’émirat d’Abou Dabi. "Lahum" (« pour eux » en arabe) a pour mission de collecter des vêtements d’occasion, les revendre et utiliser ces profits pour financer les frais de scolarité des enfants de familles à faible revenu. Une initiative qui coïncide avec l’année Cheikh Zayed.

- Ewaa, une initiative pour combattre le trafic d’êtres humains, accompagner les victimes dans leur réinsertion et scolariser les plus jeunes d’entre elles. Le projet a été présenté par Maitha al Mazrui, responsable de la communication d’Ewaa.

- Abilities Development Center, un Centre de développement des capacités privé qui se spécialise dans la formation, l’évaluation et le développement des enfants souffrant d’un handicap mental léger à moyen ou de l’autisme. Ce centre, créé en 2007 par Samira Salem, cherche à intégrer ces enfants afin qu’ils puissent à terme reprendre le chemin de l’école.

publié le 12/06/2018

haut de la page