Discours de l’Ambassadeur au FBC (11 septembre 2007)

Monsieur le Président du French Business Council,
Mesdames et Messieurs,
chers amis,

Je suis heureux de vous retrouver ce soir. Pour une partie d’entre vous, c’est la deuxième fois cette semaine. Vous en conviendrez, l’Ambassadeur de France aux Emirats arabes unis ne néglige pas la ville de Doubai. C’est ma deuxième visite cette semaine et je reviens demain pour d’autres affaires en liaison avec le Consul Général, mon ami Robert Jongeryck. Je suis heureux de retrouver les visages connus et de rencontrer les nouveaux venus à qui je souhaite la bienvenue.

Nous avons entamé cette rentrée sans tarder, avec la visite du Secrétaire d’Etat aux entreprises et au commerce extérieur, M. Hervé Novelli, qui a choisi les Emirats arabes unis pour sa première visite hors de l’Union Européenne. Nos amis émiriens ont relevé avec satisfaction ce choix, dont nous ne pouvons naturellement que nous réjouir nous aussi. Cette visite a été l’occasion d’entretiens très utiles avec la Ministre de l’Economie, Cheikha Lubna Al Qassimi et le Ministre du secteur public, M. Sultan bin Saeed Al Mansouri, pour poursuivre le dialogue engagé par Mme Christine Lagarde et M. Renaud Dutreil lors de leurs précédentes visites. Nous avons en ligne de mire, du 21 au 24 novembre, l’organisation à Paris du « UAE-Partnership Forum 2007 », qui permettra aux Emirats arabes unis de présenter aux acteurs politiques et économiques français l’offre et les opportunités de leur marché . La visite de M. Novelli s’inscrit donc dans une suite, faite de plus de vingt visites au niveau ministériel depuis deux ans, de sept visites de délégations parlementaires, je parle naturellement de visites dans les deux sens. Point d’orgue de cette suite, la visite officielle à Paris du Chef de l’Etat, S.A. Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, le 20 juillet, à l’occasion de laquelle il s’est entretenu avec le Chef de l’Etat, M. Sarkozy. Cette visite avait été préparée par celle du Prince héritier d’Abou Dabi, Cheikh Mohammed bin Zayed, le 27 juin.

Cette rentrée est l’occasion d’un point d’étape : la relation bilatérale se porte fort bien. Les projets phares dans les domaines culturels et éducatifs l’enrichissent. L’Université Sorbonne-Abu Dhabi ouvre cette année une faculté de droit et de sciences politiques. L’Agence France Museums, nouvellement créée pour la mise en place du Louvre-Abu Dhabi, discute aujourd’hui même à Paris des prochaines étapes pour la réalisation de ce projet d’exception. Depuis le 20 juillet, notre coopération bilatérale s’enrichit d’un volet novateur, le développement de l’énergie nucléaire civile. Ainsi que le Président Sarkozy l’a déclaré sans ambiguité aux des Ambassadeurs le 27 août, nous voulons, en développant une coopération dans ce domaine avec les pays arabes et musulmans, contribuer à dissiper tout sentiment d’opposition entre l’Occident et le monde arabo-musulman, entre les religions et les peuples. Nous voulons aussi montrer que l’on peut avoir une coopération dans ce domaine sensible dans la transparence et le plein respect des règles internationales. C’est un message fort et vous comprenez bien dans quel contexte cette remarque s’inscrit.

En outre, d’importants contrats d’équipements ont été signés cet été, dans la génération électrique pour Alstom, le dessalement de l’eau pour SIDEM et les communications pour le consortium EADS-ASTRIUM et THALES-ALENIA-SPACE, à qui a été confié le projet de satellite YAHSAT. Le commerce bilatéral continue à se développer à un rythme soutenu, à l’image de la forte croissance de l’économie des Emirats arabes unis.

Mais ce n’est pas suffisant, comme l’atteste, malgré nos progrès, le déficit de notre balance commerciale, nous qui pensions pouvoir durablement compter sur un excédent commercial qualifié un peu vite de structurel. En prenant appui sur le dynamisme de nos exportateurs, que je tiens à saluer, nous devons continuer à approfondir notre effort sur les marchés extérieurs. Le message que je voudrais porter est donc double : un message de félicitations, de remerciements et d’encouragements à vous tous qui représentez la France ici, qui animez cette relation et qui incarnez nos succès internationaux, dont nous pouvons légitimement être fiers. Un deuxième message d’exhortation : nous devons poursuivre l’effort engagé -effort qu’incarne très bien le FBC- pour attirer et accompagner plus de PME, afin qu’elles puissent, à l’instar de leurs collègues italiennes ou allemandes, prendre une part croissante du marché des EAU et du Golfe. Nous en avons les moyens humains, industriels et technologiques. Je sais que vous menez déjà ce combat. Ensemble, avec la Mission Economique, les pouvoirs publics en France à l’échelle nationale comme à l’échelle régionale, avec les Chambres de commerce des régions et des départements, nous devons poursuivre l’effort de rassemblement de nos forces et de nos moyens pour les rendre plus efficaces, au service de nos entreprises. C’est le sens du message qu’apportait M. Novelli dimanche soir. Nous ne pouvons que nous réjouir que cet effort soit la première priorité de notre Ministre du Commerce Extérieur.

*

* *

Il y a deux ans, je n’aurais pas imaginé que la relation franco-émirienne déjà très bonne atteigne ce niveau d’excellence et de diversité. Il est vrai que nos amis Emiriens ne cessent de venir nous questionner et de nous ouvrir des horizons nouveaux. C’est encourageant pour l’avenir. Je souhaite que notre partenariat continue de s’enrichir de nouveaux sujets, comme cela a constamment été le cas jusqu’à ce jour, et que chacun en France perçoive bien les enjeux dans cette région, qui est non seulement l’une des plate-formes de plus forte croissance dans le monde, mais est aussi un lieu d’innovation : saisir les opportunités de la mondialisation n’est pas l’apanage des grandes puissances économiques. Le jeu est ouvert, chacun peut y apporter sa contribution. Nos amis émiriens nous prouvent chaque jour qu’ils en sont des acteurs, par leur croissance économique mais aussi par la force de proposition et d’innovation qui est la leur. A nous d’en tirer le meilleur parti.

Je souhaite une bonne reprise à tous et une bonne installation aux niveaux arrivants. Je réitère mes remerciements au FBC pour son activité.
Merci.

publié le 15/09/2007

haut de la page