Allocution de l’Ambassadeur à la soirée de gala du FBG (10-06-2006).

S.E. M. Omar Abdallah, Directeur Général de la Chambre de Commerce d’Abou Dabi

Chers amis du Conseil d’Administration de la chambre de commerce et d’Industrie d’Abou Dabi,

Chers amis du French Business Group,

Mesdames et messieurs,

Je me demandais dans quelle langue je devais parler : le français ? l’arabe ? l’anglais ? La France est attachée à la diversité culturelle et la diversité culturelle, cela ne signifie pas que chacun doit imposer sa langue mais que la possibilité doit être laissée à chacun de s’exprimer dans sa langue. La diversité culturelle, c’est l’acceptation de l’autre. J’avais donc, dans cet esprit et pour ne pas prendre trop de votre temps, choisi de parler en anglais, par pragmatisme (les Français sont des gens très pragmatiques, quoi qu’on dise) et, aussi, pour ne pas contribuer au déclin de la langue de Shakespeare dans le monde moderne. Mais, en accord avec Jean-Pierre Giraud, il a été décidé que je dirais un petit mot en français puis en arabe. Pour simplifier les débats et dans un souci de clarté, je vous dis tout de suite que je dirai rigoureusement la même chose dans les deux langues.

Je suis très heureux de me trouver ce soir avec vous pour le dîner de gala annuel du FBG. Arrivé ici il y a maintenant plus de huit mois, j’ai pu mesurer l’engagement des membres du FBG en faveur du développement des échanges avec les Emirats arabes unis. C’est réconfortant, comme il est réconfortant de constater l’engagement des entreprises françaises sur ce marché, leur attitude volontaire, qu’il s’agisse de sociétés déjà implantées ou de sociétés nouvelles venues. Depuis mon arrivée, je le constate en chaque occasion. J’avais entendu dire que les entreprises françaises n’avaient pas pris la mesure des évolutions récentes, qu’elles se montraient trop timorées, etc. Tout montre le contraire et j’en ai eu de nombreux témoignages, lors des salons et expositions, où nos entreprises viennent chaque fois plus nombreuses, y compris les PME (142 entreprises françaises sur les salons aux EAU en 2002, 256 en 2005, plus encore en 2006), lors des divers appels d’offres, où nos groupes sont systématiquement présents (avec des fortunes diverses, mais ils sont dans la course). Je constate même que des sociétés absentes ces dernières années dans des secteurs en plein boom arrivent ou reviennent sur le marché. Les chiffres de nos échanges commerciaux avec les EAU sont à cet égard très encourageants, de même que l’évolution au cours des dernières années des chiffres de l’investissement français aux EAU. Enfin, nos entreprises sont disposées, quand elles ne l’ont pas déjà fait, à s’engager dans la voie de partenariats ambitieux et innovants avec leurs interlocuteurs aux EAU.

Bref, la maison France répond « présent » dans la formidable compétition qui se joue ici, dans ce carrefour entre l’ouest et l’est, entre les Amériques et l’Europe, d’une part, l’Asie et l’Australie, de l’autre, sans oublier l’Afrique. Les Emirats arabes unis sont un acteur de la mondialisation, ils en sont même un symbole. Ils sont aussi un marché en pleine expansion, avec des taux de croissance qui laissent rêveurs.

Je me réjouis donc de vous voir tous au travail pour saisir les opportunités, pour vous battre sur un marché de plus en plus compétitif et concurrentiel, je me réjouis de voir le FBG fédérer les efforts, rechercher les moyens de développer les échanges au profit de tous, s’engager dans les débats du moment. L’année 2006 a vu la signature d’une convention entre la Mission économique de cette ambassade et le FBG qui devrait permettre de donner une plus grande cohérence à notre dispositif local d’appui à nos entreprises en phase d’installation ou de prospection sur le marché émirien.

Je tiens à vous remercier très chaleureusement, vous tous, membres du FBG, représentants des sociétés françaises, pour votre activité, votre dynamisme et votre volonté. Je tiens à remercier aussi nos amis émiriens pour leur présence ce soir, pour la qualité de l’accueil que nous recevons dans leur pays. Qu’ils sachent que nous sommes tous mobilisés, chacun dans son domaine et à son niveau, pour développer un partenariat ambitieux et dynamique, à la hauteur de la relation d’amitié qui nous lie depuis déjà longtemps et à laquelle nous restons profondément attachés.

Vive le FBG ! Vive l’amitié entre les Emirats arabes unis et la France !

publié le 04/05/2007

haut de la page